ArchiPol sur scène, à sa guitare, devant le micro, qui fait la moue en regardant l'objectif

Carte d’identité

Ethymologie [“ArchiPol” (n.m.): ovni linguistique, de la contraction du nom français « archipel » et « Paul » – ensemble d’« il» réunis en un ego de poids sans haltères et sans « -isme ».]

ArchiPol est un nouveau chansonnier. Drôle, émouvant, décalé.

Famille nucléo-sismique, forte gravité. Confiance pré-natale.

Les origines

Solidement ancré au bord du gouffre, ce Breton, né à Rennes, est violoncelliste depuis son plus jeune âge. Il écoute et aime les 33 tours et CDs de ses parents : Moustaki, Barbara, Brassens, Brel, Gainsbourg, Dutronc père… … et aussi, malheureusement, Claude François et Brigitte Bardot. Il braille leurs chansons dans la maison familiale au sortir de la douche.

Il compose ses premières chansons à l’adolescence, dont la toute première destinée à son professeur d’histoire-géographie (il échoue, hélas, à la lui interpréter en personne).

ArchiPol se produit d’abord dans des cafés, des bars, et comme street busker dans les différentes villes où il passe. Auteur d’un parcours éclectique – un peu aux Etats-Unis, un peu à Paris, un peu au hasard, en quête d’un truc pour pallier à l’inassouvi, il étudie à Sciences Po et au King’s College de Londres avant de choisir la voie artistique : le chant et la musique.

Autodidacte à la guitare et multi-instrumentiste, il se frotte au théâtre, au masque et au clown lors de ses années universitaires, puis se forme au chant lyrique au Royal College of Music de Londres. Il co-écrit et chante un spectacle d’opéra-cabaret, Belle Canto’s Opera Hour, qu’il présente, au sein de sa troupe, au Fringe du Festival d’Edimbourg en 2009.

Deux premiers albums contrastés

Avec deux de ses compagnons du Royal College of Music – Valentin Barray et Romain Malan – ArchiPol écrit, arrange et auto-produit un premier opus de ses chansons, Dans l’abysse des interstices, qui paraît en octobre 2012 : un recueil de dix titres originaux, kaléidoscope d’univers aussi vivides que divers, marquant des univers atypiques, distincts les uns des autres ; des îles avec leurs écosystèmes et leurs rythmes propres. Cet album donne lieu à une série de concerts, au Sentier des Halles, à Paris, ainsi qu’en Angleterre, au Toulouse Lautrec Jazz Club, à Londres. Il est diffusé sur les ondes nationales, notamment sur France Inter.

A Londres, où il continue à se produire sur la scène locale, il développe un second projet, sur une idée de Steve Glover, ancien professeur de français et concepteur de programmes pédagogiques en e-learning (apprentissage en ligne) : Drôle de Monde, album de chansons françaises destiné à l’enseignement du français auprès des élèves anglophones, est remarqué et produit par Linguascope, compagnie londonienne et leader mondial dans le domaine.
L’album (ainsi que le cahier d’exercices qui l’accompagne) voit le jour en janvier 2016 et se vend dans la quasi-totalité des pays anglophones : au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, au Canada et en Nouvelle-Zélande, en passant par l’Australie.

Aujourd’hui (et demain)

A la confluence d’influences musicales multiples, mêlant les traditions de la chanson et de la musique classique au cabaret, au jazz, à la bossa nova, à la rumba et au tango, ArchiPol s’inscrit dans l’exigence d’une chanson française soucieuse de la musicalité des mots et du texte autant que de celle de la mélodie.

Il apparaît régulièrement sur la scène musicale de Londres, où il réside, notamment au Toulouse Lautrec Jazz Club, ainsi qu’à Pizza on the Park et à l’Hospital Club de Covent Garden. Il collabore régulièrement avec le avec le World Harmony Orchestra et s’est également produit en concert à Paris, Amsterdam et Seattle.